Bienvenue à Bali

IMG_6631.jpg

Changement de décor – après cinq semaines en Nouvelle-Zélande, nous entamons l’Asie par la plus connues des îles d’Indonésie : Bali, la seule qui soit bouddhiste parmi les 18000 îles qui composent le plus grand archipel au monde.

Neuf heures de vol, avec une escale à Sydney et surtout une chaleur prenante dès la descente de l’avion, et ce malgré l’heure tardive. Nous atterrissons le 1er octobre pour y passer 17 jours.

SydneyIMG_6575
IMG_6590

Il faut reprendre des réflexes que l’on avait mis entre parenthèses en Nouvelle Zélande: la négociation. Les chauffeurs de taxi se ruent sur nous et nous annoncent des prix exhorbitants. On a déjà été prévenu, il faut négocier minimum 50% du prix. C’est parti!

Bali c’est aussi le point de rendez-vous avec deux amis de Paris : Steph et Yannick. On doit se retrouver à l’hôtel, dans la ville de Kerobokan. Ils doivent déjà être arrivés, impatiente je me réjouis de pouvoir ouvrir la porte de la chambre et sauter sur eux (ndlr Romain: Quoi ?) mais ce ne sera pas pour tout de suite. Problème de vol, ils n’arriveront que tard dans la nuit.

Seminyak

La nuit a été plus courte. On profite de cette première journée autour de la piscine de l’hôtel et autour d’un premier petit-déjeuner pour parler du planning. Le Lonely Planet sera notre meilleur ami. On n’a pas beaucoup lu, et on se repose sur les recommendations d’amis qui sont déjà venus et surtout sur Yannick qui a déjà repéré plusieurs coins et propose un itinéraire. A Bali les distances sont courtes mais l’état des routes et la circulation sont très mauvaises. Si l’on part dans l’après-midi on passera beaucoup de temps sur la route. On partira donc le lendemain à la fraîche.

Premier petit dej à Kerobokan
Retrouvailles à Bali
Yannick millionnaire!
IMG_6631

Sur les conseils du propriétaire de l’hôtel, on part direction la plage de Seminyak à 10min en taxi. Premier constat (et comme annoncé) cette partie de l’île n’a rien d’authentique. Elle est le rendez-vous des australiens. Une multitude de bars s’étend sur le long de la plage, des hôtels de luxe et restaurants à l’occidentale pour plaire aux palets de ces derniers. Ce n’est sûrement pas le Bali qu’on a envie de voir et ce n’est définitivement pas notre façon de voyager. On pique une première tête dans la mer et trinquons avec la bière n·1 (et seule bière de l’île) la Bintang.

Bouteille d'essence (version locale) pour scooter
Seminyak
Coucher du soleil Seminyak
Retrouvailles autour de la bière locale Bintang
Bière locale n°1
Premier repas : mie goreng (nouilles sautées)

Les rizières de Jatiluwih

Départ aux aurores pour éviter la chaleur et les embouteillages. On a décidé d’aller visiter les rizières de Jatiluwih. Ici, le transport se fait avec chauffeur car il y a très peu de bus. Comme on est 4 c’est relativement donné (après négociation!). Sur la route on s’arrête visiter un temple, le premier d’une longue série. On passera la nuit sur place dans une guesthouse réservée sur booking.com (erreur). Le chauffeur a du mal à trouver notre hébergement, perdu dans une rue à l’écart des rizières. À notre arrivée, on est accueilli par un jeune qui ne parle pas anglais. Il nous faut des scooters pour pouvoir visiter les rizières, mais apparemment cela ne fait pas partie des services proposés. Heureusement notre chauffeur est aimable et nous dépose à l’entrée, qu’il faut payer. On découvre une vue imprenable sur des rizières à perte de vue. On s’y promène à pied une bonne partie de l’après midi.

Arrêt temple sur le trajet jusqu'à Jatiluwih
IMG_6709IMG_6725
Brochettes de poulett et riz rougePause dej avant les rizières
Rizières de Jatiluwih
Rizières de JatiluwihRizières de Jatiluwih
Rizières de Jatiluwih

Le retour se fait à pied pour les garçons et en stop pour Steph et moi. Cette fois-ci c’est une femme qui nous accueille, mais qui ne parle toujours pas anglais. C’est assez difficile. En prime Internet ne marche pas. Il faut qu’on réserve un chauffeur pour le lendemain afin de continuer notre voyage. On découvre qu’une des deux douches ne marche pas, que le ménage n’est pas fait, que le propriétaire ne viendra pas et qu’on aura pas de scooter pour pouvoir aller se restaurer. La liste est longue. Un balinais de passage se propose d’amener les garçons en moto prendre à manger à emporter et finalement un chauffeur, le seul, qui doit travailler avec l’hôtel, s’arrange pour fixer un prix de transport plus élevé que la moyenne. On est pris au piège. Romain se charge de contacter par téléphone le propriétaire fantôme et annoncer qu’on ne paiera pas le prix demandé. Conclusion: il est préférable de ne pas réserver en avance et visiter d’abord. Il y a toujours de la disponibilité, et cela permet aussi de negocier, ce que l’on fera le reste du voyage.

Munduk et la côte Nord

Temple Batukau

Nous en profitons pour visiter le temple Batukau qui se trouve sur la route de Munduk. On arrive à l’ouverture et à notre grande surprise nous sommes les seuls touristes, quel bonheur. Nous sommes invités par des locaux à assister à une cérémonie. On aurait aimé pouvoir leur poser des questions mais la barrière de la langue nous en empêche.

Temple Batukau
IMG_6843
IMG_6841
Le balais à la balinaise
Schtroumpfette est réapparue dans les offrandes

 

Arrivée à Munduk

Perdu au milieu de l’île, ce village est plus haut en altitude, il y fait donc plus frais le soir ce qui n’est pas désagréable. Sans réservation cette fois-ci, on visite plusieurs hôtels. On choisit l’hôtel Aditya, chambre confortable, propre et vue imprenable sur les montagnes. Romain négocie 30% du prix annoncé, on ne se fait pas avoir deux fois. Balade autour du village l’après-midi avec une belle cascade en prime sans personne.

IMG_6887
Aditya Homestay in Munduk
Cascade à Munduk
Coucher du soleil à Munduk

De Munduk à Lovina en scooter

Le lendemain, nous louons nos premiers scooters. C’est un des meilleurs moyens pour visiter l’île, et vraiment pas cher. Il faut compter entre 40 000 et 50 000 roupies (3/4euros) la location à la journée. On roule le long des lacs, faisons un arrêt à une autre cascade où l’on fait la rencontre de locaux qui nous offrent le café chez eux, et découvrons le désastre écologique de la côte Nord entre Lovina et Singaraja.

Petit dej sur la terrasse de notre homestay à MundukPancake balinais
Vroum, vroum
Sur la route quelques singes
Chute d'eau de Gitgit
Rencontre avec de jeunes locaux
Le café de Bali offert par les jeunes locaux chez euxIMG_7030
Petite fille balinaise qui travaille déjà...
Exemple de panneau publicitaire
En plein traffic entre Singaraja et Lovina
Le désastre écologique de Lovina
IMG_7071

Le scooter de Yannick et Steph leur fait le coup de la panne sur le chemin du retour. Par chance une famille nous offre l’hospitalité et nous prête leur téléphone pour contacter le boss. Pas évident sans parler la langue locale, mais on y arrive tout de même, et on est ravis de voir que les balinais qui ne sont pas au contact du tourisme soient si accueillants et chaleureux. Il faudra attendre l’arrivée du patron qui nous a loué les scooter pour pouvoir repartir en échange du sien. Sur la route, on s’arrête admirer le coucher du soleil. En repartant, le nouveau scooter de Yannick ne redémarre plus, catastrophe et il n’y a plus bons samaritains pour nous aider. Plus de peur que de mal, comme par magie le scooter repart après 10min. Ouf!

Panne de scooter - nous sommes aidés par des locaux, extrêmement chaleureux malgré la barrière de la langue
IMG_7081
Coucher du soleil vers MundukIMG_7107

Amed

Direction la côte Est pour rejoindre Amed, village touristique qui borde la mer. Comme à l’accoutumée on visite un temple sur le trajet dont j’ai oublié le nom. Sans guide ça perd quand même tout son intérêt mais cela reste joli à contempler.

 

Autre visite de temple sur la route pour Amed
Yannick en pleine contemplationIMG_7133
IMG_7134

Dès notre arrivée, nous visitons plusieurs hôtels/bungalows, et choisissons après rude négociation un petit coin de paradis, ombragé et calme. Farniente est le maître mot. Dégustation du vin local, aussi surprenant que cela puisse paraître ils produisent du vin, mais il n’a rien d’exceptionnel. On goûte des plats balinais et on en profite pour explorer l’épave du Liberty US datant de la seconde guerre mondiale en snorkelling. C’est très calme en cette saison et à 22h tout est fermé.

Bungalows Kusuma Jaya Indahà AmedPorte du bungalow
IMG_7143Amed
Baignade à Amed
Location de matériel de snorkelling, la cahute de paye pas de mine
Vue sur le mont Agung, le plus haut sommet de BaliIMG_7207IMG_7209
Vin de Bali

Iles Gili : le paradis du snorkelling

Les îles Gili se situent à une heure de bateau de Bali et au nord de Lombok. Au nombre de trois : Trawangan, Meno et Air, nous avons choisi Gili Air qui est le bon compromis en termes de taille, tranquillité et animations. Après une traversée en bateau rapide et mouvementée (que nous avons négocié à 60%, une négo de…48H), c’est sans réservation comme à l’accoutumée que nous arrivons. Des charrettes font office de moyen de locomotion, ici pas de véhicules motorisés. On fait le tour des logements sous une chaleur accablante, et à notre grande surprise la plupart des bungalows sont complets. Heureusement, les garçons visitent un bungalow pour 4 à l’hôtel Oceans 5, neuf et moderne, avec piscine à débordement c’est un petit coin de paradis où l’on élit domicile pour les trois prochains jours. Au programme : snorkelling notamment avec les tortues, baignade, couchers de soleil, dégustation de poissons frais, balade en bateau.

Fast boat pour les îles Gili et chargement
Bienvenue aux îles Gili
Notre cottage au Oceans 5Le must - la douche ouverteIMG_7283
Piscine de l'hôtelEt rince pied pour ne pas salir la chambre

Le prix de ce resort de luxe ? 800 000 Roupies par nuit pour quatre (50€). Par étourderie, nous ne serons facturés que 600 000 Roupies (environ 38.50€), petit déjeuner inclus.

Entre plage, snorkelling…

Plage sur Gili AirGili AirSnorkelling à Gili Air
IMG_7402

L'île regorde de champignons magiques

Excursion bateau et snorkelling
IMG_7398Faire attention au passage des plongeurs à Gili Air

Transport à  Gili Air

Coucher du soleil…

 

Coucher de soleil à Gili Air - effet surpriseCoucher de soleil avec vue sur le Mont AgungIMG_7302
IMG_7534


Coucher de soleil sur Gili Air… from Rom Dafrog on Vimeo.

Poisson frais…

Gado gado (avec sauce aux cacahuètes)En pleine négociation pour le dinerDîner les pieds dans le sable - Gili Air
IMG_7348
IMG_7596

 

 

Ubud : centre culturel de l’île

Un voyage à Bali n’est pas complet sans une étape à Ubud, centre culturel de l’île. Visite multiple de temples, musée, balade dans la forêt des singes, spectacle de danse, et surtout expérience culinaire où nous goûtons au repas de fête : le bebek betutu entre autres. Mais Ubud grouille de touristes et nous sommes harcelés en permanence par les taxis. Il y est difficile de se promener tranquillement. Je retrouve aussi une ancienne collègue de Michelin, Sura, en vacances à Bali. Après plus de 6 ans sans se voir, cela fait plaisir.

Spectacles

Spectacle lors du festival de l'écriture et poésie à UbudSpectacle de danse traditionnelle, Ubud

Balade autour d’Ubud

Ecolières à Ubud
Balade autour d'Ubud
IMG_7686
IMG_7693
Noix de coco

 

Monkey Forest

Monkey Forest
Monkey Forest
Temple dans la Monkey Forest - en pleine prière

 

Visite de temples

Goa Gajan

Temple Goa Gajah - les femmes en pleine crétion d'offrandes
IMG_7825
Préparation des offrandes
Donation déposée par Romain après une prièreEn mode visite de temple - sarong obligatoire

 

Gunung Kawi

Rizière dans le temple Gunung Kawi
Gunung Kawi

Gunung Kawi

Agung Besakih

IMG_7909
IMG_7914

Temple Agung Besakih - les locaux avant la cérémonieSur le chemin avant la cérémonie - temple Agung BesakihEn pleine cérémonie - temple Agung Besakih
IMG_7936

Vue du Mont Batur

On se contentera uniquement de la vue depuis en bas, et non du sommet, non pas par fainéantise mais tout simplement pour éviter de contribuer à la mafia locale qui oblige à prendre un guide pour la modique somme de 100$ par personne.

Vue du Mont Batur

Gastronomie

Ubud est une de nos dernières étapes. Cette ville regorge de restaurants et warung locaux. C’est l’occasion de goûter des spécialités surtout quand on trouve une bonne adresse à laquelle on se rendra à trois reprises. On se souviendra du Warung Sandat, de sa serveuse qui s’improvise professeur de langues et sa patronne d’une grande gentillesse et générosité qui nous a cuisiné le plat de fête : le bebek betutu (du canard cuisiné aux épices). On essaye également le babi guling : du cochon de lait cuit à la broche. Les garçont sont fan, pas moi. Je trouve le plat bien trop gras et trop épicé.

IMG_7957
Bebek betutu (le canard à la balinaise - plat de fête)
IMG_7959

La pointe Sud : Uluwatu

Nous passons nos deux derniers jours dans la pointe sud de l’île à Uluwatu qui offre un paysage différent. On a tous envie de plage et de repos. Si la côte aux belles falaises vaut le détour, elle est gâchée encore une fois par une horde de touristes entre autres australiens, qui viennent ici pour le surf. Le site est connu mondialement. Les prix sont deux fois plus cher que sur le reste de l’île pour une prestation bien médiocre. Quand tous les hôtels sur le reste de l’île offrent le petit dej, ici ils ont compris qu’ils pouvaient le faire payer, et cela se ressent avec les relations avec les locaux. On s’énerve vite, signe qu’il est temps de partir.

Falaises d'Uluwatu
Coucher du soleil UluwatuIMG_7977
Apéro local
Uluwatu
IMG_8008
Coucher du soleil Uluwatu

 

Bali reste une île avec de très beaux paysages, plages, temples, une culture bouddhiste très présente qui en fait son charme mais qui est gâchée malheureusement par un tourisme de masse. Une des destinations que l’on ne fera probablement pas deux fois.

Steph et Yannick n’hésitez pas à ajouter des commentaires Winking smile

2 Responses

  1. Yannick says:

    Super de lire enfin votre post de Bali! 2 mois après, ça donne l’impression de revivre ce voyage avec vous! La vidéo du couché de soleil est top! Mon meilleur souvenir de cette île restera le snorkilng avec les tortues (celles qu’on trouvait nous même, mais celles mal traitées par le capitaine du bateau). Après le skype de ce matin, ça fait plaisir de lire votre blog, d’avoir une cetaine proximité malgré la distance. Bisous à vous deux les MamourZ!

    • Sandra says:

      Merci de ton commentaire :)
      Je suis d’accord avec toi, les tortues c’était top, enfn Gili en général et c’est avec le recul et après avoir visité d’autres pays en Asie qu’on réalise que c’était juste le paradis.

Leave a Reply