Changement de fréquence: Konichiwa !

124-IMG_9916

Ca y est, il est temps de démarrer l’activité du blog pour 2014, sur l’un des pays les plus marquants de notre voyage: Le Japon.
Rarement si petit archipel nous aura laissé autant d’impressions.

Off the coast

Depuis Cuba, on a vraiment joué au Yo-Yo au niveau des destinations. La Nouvelle-Zélande n’a guère a voir avec l’indonésie, elle-même ayant peu à voir avec les Philippines, elle même étant… à mille lieues du Japon. Au niveau du développement, déjà. Mais au niveau culturel, s’il y a quelques “traits” asiatiques que l’on commence à remarquer, le Japon est une expérience à part.

Imaginez un pays resté plus de trois siècles complètement coupé du monde…

… sous le joug d’empereurs (“Shogun”) successifs tous plus tyranniques les uns des autres. Imaginez votre vie et des codes imposés en fonction de votre caste, de la façon de dire bonjour jusqu’à votre posture aux toilettes. Vous voyez ? Non ? Nous non plus. Avant d’y aller, difficile de se faire une vraie idée du Japon. Certes, la culture s’exporte (La génération club Dorothée – dont nous faisons partie – en sait quelque chose) mais rien ne vaut le voyage, comme dit le dicton.

Japon, Acte I: Aéroport manucuré, train à l’heure… l’art du planning Japonais

Tokyo

La “nouvelle” capitale (depuis le XVIIIè siècle) concentre les richesses et mixe l’ancien et le futuriste dans une mégalopole de plus de 13 millions d’habitants.

Repasser au climat hivernal, après Manille et ses 30° / 95% d’humidité nous fait du bien. Aéroport vide, train irréprochable, on arrive rapidement à Asakusa.

Carte temps-réel du trafic routier, Aéroport de Narita

003-IMG_9364 Tokyo Sky Tree Arrivée fraîche à Asakusa, quartier au Nord-Est de Tokyo

La réputation de planification précède chaque japonais, et ca se voit vite.
Le métro (plan, annonces vocales) est bilingue en anglais. Première destination de notre voyage n’utilisant pas l’alphabet Latin, les instructions s’avèrent donc pratiques.

013-IMG_9397

Le métro - admirez le cruel manque de saleté

On a encore changé de monnaie, retiré nos Yens et filé vers l’Auberge de jeunesse réservée trois jours auparavant. Mauvaise surprise, l’auberge est un peu glauque mais propre. Les dortoirs ne nous manquaient pas vraiment, mais pas le choix pour ne pas trouer le compte en banque (à 24€/ tête, c’est déjà pas donné).

Oh, des français ! Les gaulois sont partout. 033-IMG_9471

Heureusement, on sait qu’on va passer nos quinze jours à déguster… ce que l’on fait en se rendant vers le premier restaurant adjacent, qui inspire bon le fait maison.

Bonne adresse à recommander, à défaut de nom voici l'enseigne

Sandra se tâte: Devra t'on tout commander au hasard durant 15 jours ? 010-IMG_9387

Nous retrouvons le soir même deux collègues d’Orange, sur les Champs-Elysées de Tokyo. Propres, sans klaxons, et avec un trafic somme toute raisonnable, c’est à se demander si il n’y a pas un tournoi de Sumo en cours…

015-IMG_9400

Ginza  Uniqlo version Tokyo : 12 étages, ca commence à faire

En attendant Mari & Etsuko, je flâne devant la boutique-étendard Sony. De nos jours, c’est plutôt les Coréens qui mènent le bal des innovations, mais cela reste divertissant: Ecrans Ultra HD (4K) de 1,7m de diagonale, casque-écran Wifi pour regarder les films, et le meilleur des derniers, derniers, mais alors dernier appareil photo (RX100 II, & co).
La PS4 est en vitrine, deux mois avant sa sortie officielle. La boutique Uniqlo, quant à elle est démesurée (douze étages bien uniformes, il faut le dire).

On offre à Mari un Thé “Mariage & Frères Paris – Ginza”, ce soir c’est son anniversaire et elle s’expatrie à Paris dans à peine un mois.

Mais bizarrement, c’est elle qui nous invite à dîner: Restaurant visiblement très populaire, menu exclusivement Jap’. Etsuko gère les commandes, et après un plum wine, quelques spécialités de Tofu on enchaîne avec un deuxième restaurant.

Marii & Etsuko, Orange Tokyo 019-IMG_9412

Un Saké, et un Vin de prune (Plum Wine)Banquet d'anniversaire (Numéro 1/2): Tofu, Beans, etc.etc.

Vous avez demandé le meilleur du Sushi ? Ne quittez pas

Ici, le Chef sushi est sérieux. Le poisson est approvisionné quotidiennement du plus grand marché de frais de la ville, Tsukiji Fish Market. (pour plus d’infos, ne quittez pas….)

Les sushis sont vendus à la pièce. Les Japonais sont élitistes sur la qualité, qui prime de très loin sur la quantité. On approuve, finalement les français et Japonais ont bien ce point en commun. Toutes les variétés sont présentes et malheureusement, même le thon rouge.

Mais à vrai dire, les sushis sont d’un autre monde, et on aimerait quand même s’en gaver jusqu’à épuisement. Les tarifs, de 200¥ à 2000¥ le Sushi unique (soit 20$), nous en priveront…

L’expérience est aussi bouleversante que la viande de boeuf argentine : Il y a un avant, et un après.

Medium-Fatty Tuna 026-IMG_9438

Maître Sushi Le comptoirTempura Roll 024-IMG_9430  028-IMG_9443

Sweet Tokyo

Le lendemain, on se retrouve avec un guide bénévole, Hiroshi, qui nous fait faire le tour du quartier. C’est dire le dévouement…

Et on continue la promenade gastronomique et culturelle: La rue commerçante qui mène aux pagodes et aux temples (Senso-ji, photo ci-dessous) est bondée de boutiques en tout genre, souvenirs et spécialités sucrées.
Une sorte de Montmartre Nippon, mais qui ne manque pas de piquer nos curiosités & appétits.

032-IMG_9453 Kaléidoscope
Hiroshi sur Asakusa St Croix Gammée ? non, symbole buddhiste
Imo-Yokan - Meilleure sucrerie de tout Tokyo Rice Crackers
040-IMG_9492 039-IMG_9489
041-IMG_9497 044-IMG_9520
042-IMG_9503 Sandra en pleine prière (ou fou rire?)

A côté d’un temple buddhiste est érigé un temple shintoïste, à elles deux elles forment la majorité des croyances japonaises. Les éléments sont vénérés, à savoir ici l’orage et le vent ainsi que Kannon, la déesse de la photo de la miséricorde.

Les temples shintoïstes se distinguent des Buddhistes par une porte (“shrine”). Dans le pays, on compte 10% de chrétiens, mais bizarrement tout le monde célebre Noël et se marie en robe traditionnelle (à l’occidentale).

Après quelques prières, de nombreuses photos et une bande-son d’Hiroshi toujours utile, on revient à la maison du tourisme – architecturalement remarquable – pour la deuxième danse du jour.

Geishas Show

Vous avez sûrement entendu parler des Geishas, ces “dames de compagnie” qui sont là pour offrir… du divertissement (et rien que du divertissement), en général en privé. Une soirée avec une geisha est un luxe qui coûte environ un millier d’euros – et elles sont généralement trop occupées pour être photographiées dans la rue. Un autre symbole typiquement nippon - A Kyoto, on les appelle Geiko, ou aussi Maiko lorsqu’elles sont encore en apprentissage.

Nous, on s’est contenté d’un spectacle – gratuit, lui aussi – à notre étonnement fréquenté à 80% par des touristes japonais.

Geisha Show

046-IMG_9531 047-IMG_9544 Geisha 049-IMG_9550 050-IMG_9554  052-IMG_9559

A la fin du spectacle, on monte au dernier étage pour deux bonus qui viennent terminer une bonne matinée: La vue, et les toilettes. Quoi, les toilettes ?

La vue

Skytree, le plus récent des immeubles Tokyoïte à 634 mètres de haut Asakusa Tourism centre

Toilettes

Oui, les Japonais sont visiblement fiers de leur technologie jusqu’aux toilettes, et difficile de ne pas trouver ca marrant.
Parfois, elles sont installées avec mode d’emploi pour “Gaijin” (=étranger), parfois non et le petit coin devient presque un parc d’amusement.

IMG_9567 IMG_9566

IMG_9565

Je recommande personnellement le “bruit de rivière” pour un dépaysement très nature.

Ebisu & Shibuya

Quelques clichés du passage piéton le plus fréquenté du Japon, avec au passage d’autres spécialités culinaires – et bien sûr un passage au musée de la bière Yebisu, professionnalisme oblige. C’est d’ailleurs la première fois que l’on voit un quartier nommé au nom d’une bière, vous imaginez un quartier Kronenbourg à Paris ?

060-IMG_9629

 Ebisu Notre bière japonaise favorite - "German-style"

Le soir même, on grimpera dans une des tours pour un dîner panoramique au D47 – restaurant servant des spécialités locales des 47 préfectures du Japon. Juste après avoir admiré l’un des passages piétons les plus fréquenté du Japon: Shibuya Crossing.

 

 Shibuya Crosing
D47 - Repas avec vue D47, spécialités de Tokyo

Shoppingmania

J’aime bien la phrase du Lonely Planet pour qualifier les tendances compulsives d’achat des japonais et surtout l’offre pléthorique:

Si c’est accessible à l’humanité, vous pourrez l’acheter au Japon.

Des bizarreries japonaises aux vêtements français, en passant par Saint Nectaire, légumes à 1000¥ le kilo, charcuteries italiennes […] tout est disponible. En termes d’électronique, c’est encore pire, c’est limite si tous les éléments nécessaires pour construire son propre téléphone sont en vente. En revanche, rien n’est bon marché.

Une boîte de thé vert (Macha), un gâteau au thé vert plus un thé (vert, lui aussi) nous suffira.

On découvre que la fièvre acheteuse japonaise est contagieuse, et décidons d’expédier nos achats par courrier en France.

L'une des chaîne que l'on aimerait bien voir exportée en Europe... Caramel Chocolat & patisserie au thé-vert Et Cake au thé vert 083-IMG_9762 Quand on vous disait que l'on trouve de tout au Japon135-IMG_20131111_161425

Jardins Imperiaux

079-IMG_9745

L'ordre. Schtroumpfette-Yaki L'entrée des jardins impériaux 074-IMG_9711 075-IMG_9712 076-IMG_9726 077-IMG_9727 078-IMG_9743

Tsujiki & Hama-Rikyu Gardens

Nouveau jour à Tokyo, un de plus que ce que nous prévoyions d’y passer.

Une des étapes incontournable, c’est un vieux et immense marché de gros et demi-gros en plein centre d’affaires, le Tsujiki Fish Market. A 9H, la zone de demi-gros ouvre ses portes au public, où l’achalandage de poisson pourrait faire passer Rungis pour un petit joueur. Il y a aussi la vente aux enchères de thon à 5H, mais la ville aura eu raison de nous cette grasse-matinée là (réveil à 6H30). Palourdes géantes, thon (rouge, encore une fois) et steak de baleines y sont en exposition.

Une "Portable Shrine", pagode mobile utilisée lors de processions 085-IMG_20131110_211656

L’occasion de sortir les objectifs (ici, le 40mm pancake) et de s’en donner à cœur joie.

Tsujiki Fish Market

087-IMG_9779 088-IMG_9780 Entrée dans la zone semi-gros du marché 090-IMG_9787 092-IMG_9791

 091-IMG_9788 094-IMG_9794 095-IMG_9797 096-IMG_9804 093-IMG_9793

097-IMG_9805 098-IMG_9809 099-IMG_9810 100-IMG_9813 101-IMG_9818 102-IMG_9825 103-IMG_9826

105-IMG_9834

106-IMG_9838

Vision ordinaire: la Petite touche Manga

Hama-Rikyu Gardens

A 10H, sans trouver de coin de dégustation de libre, on se dirige vers l’autre belle surprise de la journée, les jardins Hama-Rikyu à proximité. Premièr vrai jardin manucuré à la Japonaise, la visite est très intéractive puisqu’un guide éléctronique bardé d’un GPS vous explique dans votre langue l’histoire de ce jardin de la période Edo. Le soleil est de la partie, les reflets dans le lac des différentes Tea House assez bluffant – et le contraste du Tokyo du XXIè et du XVIIIè siècle poétique et saisissant.

Jardins d'Hama-RikyuLe guide GPS 110-IMG_9854 111-IMG_9861 112-IMG_9874

113-IMG_9876

114-IMG_9877 115-IMG_9884 116-IMG_9888 117-IMG_9890 118-IMG_9892 119-IMG_9895 "Moschi" au haricot rouge, à manger avant le thé 121-IMG_9904 122-IMG_9909 124-IMG_9916 125-IMG_9919 126-IMG_9924 127-IMG_9938

Shinjuku

Deux métros et un Ramen singulier (un bouiboui presque introuvable fréquenté visiblement que par des Japonais) plus tard, nous allons admirer la vue depuis la mairie – deux tours jumelles d’où une plateforme d’observation, installée au 45è étage offre une vue jusqu’au Mont Fuji. La météo change, et ce dernier joue les arlésiennes…

Pause déjeuner dans un bouiboui: Nagi, le "Boss" du Ramen à Shinjuku 129-IMG_9943 131-IMG_9950 132-IMG_9952 133-IMG_20131111_140229

130-IMG_9949

134-IMG_9965

Comment terminer une journée marathon à Tokyo ? Quand on est pacsé avec une future associée d’un bar à bières, il faut donner de soi-même, vous l’avez compris.
Direction chez Popeye, à Ryogoku. Les prix sont exhorbitants mais chaque verre vient avec un en-cas, on mangera donc ici en partageant via Skype l’expérience de dégustation des meilleures bières du Japon avec Clermont-Ferrand (le nouveau QG de la cervoise…)

 Popeye et ses mille et une bières 137-IMG_9976 138-IMG_9978 139-IMG_20131111_184254

Popeye et ses mille et une bières

Conclusion

Cet acte I donne le ton et nous plaît bien:

  • La gastronomie est radicalement différente de ce que nous connaissions jusqu’à présent (et on choisit souvent le plat au hasard), du goût jusqu’au textures. Et c’est excellent.
  • Les transports sont propres, efficaces.
  • Tokyo est incroyablement sûr. Pour l’anecdote, des millions de Yens sont retrouvés chaque année dans le métro (perte de porte-monnaie, etc.) et reviennent intégralement à leurs propriétaires, via les Objets trouvés.

En revanche,

  • Le budget est loin du budget classique du “Backpacker”, et peu de voyageurs que l’on a rencontré en tour du monde passaient par le Japon.
    Vous trouverez bien des sites à foison expliquant que vous pouvez vivre à 20$ par jour à Tokyo, mais honnêtement à ce prix là on passe à côté de choses. Notre budget (illustré ci-dessous) est passé de 19.59€/jour/tête aux Philippines en moyenne à 70.38€/jour/tête (excluant les vols) pour quatre jours à Tokyo. En dormant dans une auberge…AirBNB (ou Couchsurfing) est probablement un des meilleurs moyens de couper sur les coûts d’hébergement qui constituent la majeure partie du budget, mais mieux vaut s’y prendre bien à l’avance (minimum un mois).
    Budget Japan
  • Autre point assez pénible, on aura jamais passé autant de temps à planifier et réserver. Tokyo est très touristique, et l’anglais est très moyennement maîtrisé même si les Tokyoites sont probablement au dessus de la moyenne, et feront pour vous aider même avec trois mots d’anglais. Le Japonais n’aime pas la surprise (comprenez, ni le last-minute, ni la négociation au comptoir, à part à Tsujiki).
    Pour l’anecdote, Booking.com nous affichait que 97% de sa capacité hotelière disponible à Kyoto était déjà réservée, quatre jours à l’avance (!). Idem pour Tokyo, 93% trois jours à l’avance. Dur pour les Mamourz, on a pas l’habitude…

Voici en annexe, la carte des lieux évoqués dans ce billet.


View Tokyo in a larger map

L’acte II à suivre a été recommandé par Marii: une étape en montagne afin d’aller d’essayer d’attraper l’arlésienne…

5 Responses

  1. Marie Anne says:

    Fantastique à lire, merci pour cet article! Ca m’a remémorré d’excellents souvenirs, grosses bises

  2. Claire says:

    C’est super! Ce pays est épatant! Tu peux nous expliquer les différentes options des toilettes. Romain, toi qui adore les gadgets, tu as dû essayer tout les boutons! Lol
    Tu as d’autres photos des japonais qui s’habillent avec un style manga ? Ce serait sympa d’en voir. Bisous

    • Romain says:

      Ahah, la question piège! Comment dire Claire, ce sont des choses qui ne s’écrivent pas… Mais Sandra pourra t’expliquer, elle passait plus de temps que moi a tout tester!sinon pour les filles-manga, on en a croisé quelques unes mais avons pas trop de photos malheureusement…il y a un quartier où elles sont en forte concentration (harajuku). C’est passé vite… La bise

Leave a Reply