Rendez-vous Erasmus, à Latitude 0°00°00

30-P1160612.jpg

C’est ”à la fraîche” que nous arrivons à Quito. Le chauffeur de la Reina del Camino a lui aussi succombé à “l’effet Schumacher” et nous à déposé en avance… à 4H30 du matin, au beau milieu de la ville.


Agrandir le plan

Après une demi-nuit à une auberge, que Sandra avait séléctionné et qui nous a gentiment ouvert les portes aux beau milieu de la nuit (pas toujours évident en budget routard), Catalina nous a rejoint.

les rues de Quito

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Catalina est une amie d’Erasmus, et une vraie Businesswomen pour IBM. Elle rentrait du travail à Guyaquil en avion, un samedi à 11H du matin.

On rattrape le temps perdu : je ne l’ai pas vue depuis 2008, cinq ans déjà. Mais cette fois, ca se passe en espagnol, comme si de rien n’était.
Accompagnée de sa soeur Maïté, on part déguster un plat national: le Ceviche de fruits de mer (à mon avis meilleur que son équivalent Péruvien).

Hermanas AvilesAlmuezo con las hermanasA vilesCeviche

En bonne Quiteña, Catalina se transforme en guide et nous emmène en balade: d’abord à la Mitad del Mundo, deux musées dédiés à la ligne de l’Equateur passant au Nord de Quito. Le premier fait un peu Disneyland, il y a un monument construit et des explications sur les différentes missions (notamment composées de français) qui ont permis d’établir le passage de la ligne. Les Incas, eux, en avaient déjà conscience.

la ligne originelle de l'Ecuador, en réalité à quelques dizaines de mètres de la ligne réelle
05-P1160428

Le deuxième est plus intéressant, construit à quelques mètres de là: on y raconte l’histoire du pays, ses peuples indigènes et y fait des expérimentations surprenantes. La ligne réelle, calculée dans les années 90 avec l’exactitude du GPS permet de jouer avec la gravité, la force de Coriolis (à zéro sur la ligne), etc. Un bref aperçu de l’Amazonie nous donne à voir quelques unes des très nombreuses espèces animales que l’on va bientôt rencontrer. Ou chercher à éviter. La biodiversité est exceptionnelle ici, on parle de réserves naturelles de “Mega-diversité”.

Gentlemans, ce poisson est plus terrifiant que Caïman, Anaconda et Piranha réunisTombe antique. Chez certains peuples indigènes, la famille avait la courtoisie de s'enterrer vivante avec le défunt.GPS check: oui, on repasse enfin en été...10-P116046811-P1160469Elle ne marche plus droit. Excès de Cerveza? Non, trouble de la gravité

Centro Historico

Un petit tour à pied dans la vieille ville nous convaincra que Quito est une des plus belle ville coloniale d’Amérique latine. Le centre était encore mal famé jusqu’il y a deux ans, mais aujourd’hui on croise un policier quasiment à chacun coin de rue. En revanche, c’est un centre-musée: il y a peu de restaurants, peu d’entreprises, et peu de vie au final. Dommage.

Iglesia la Compaña, meilleur exemple de l'opulence des colonies espagnoles: ses murs intérieurs sont couverts d'orVue nocturne du palais Présidentiel depuis la Plaza San Francisco

Le dîner dans un autre quartier de la ville (Plaza Foch) sera plus animé, on en pleine Fiesta del Orgullo. Autrement dit, la Gay-Pride à Quito. La place est bondée de touristes, de “manifestant(es?)” et de chaînes de restauration à l’américaine. De façade, c’est très occidental.

Mais Cathy souligne que l’homosexualité est encore assez tabou en Equateur, pays profondément catholique. Ils ne sont pas prêts à rejoindre la Colombie et l’Argentine, qui eux autorisent les unions du même sexe. Comme une bonne partie du continent, les jeunes femmes vivent chez leur parents jusqu’au mariage [religieux]. A ce titre, Cathy vivant seule, est une exception – le passage en Erasmus, ça ouvre l’esprit.

Petit détour dans la boutique Républica del Cacao, une marque de chocolat des plus connues en Equateur. Sandra est aux anges de pouvoir enfin trouver du vrai chocolat (et moi aussi).

15-P1160512Chocolat oui, bière non: Aucune "Equatorienne" ne passera la porte d'Au fût et à mesure

On termine la soirée pour s’économiser pour le lendemain – 2H30 de trajet en famille pour filer dans la région des lacs, au Nord-Est de Quito.
Et on commence bien, par un brunch au Café de la Vaca sur la route. Une étape familiale à se gaver de jus de fruits exotiques extraordinaires pour deux européens: Le lulo, sorte de Myrtille jaune et acide gagne la palme. Incroyable mais frais. Et enfin des croissants potables. Pas diététique, mais bien bon.

17-P116051718-P1160531Brunch @l Café de la Vaca, a dos horas de QuitoHuevos de la Casa

Histoire d’apprendre, on assène Cathy & Maïté de questions en tout genre sur la vie en Equateur, de la plus naïve à la plus controversiale. Et elles se prêtent volontiers à l’exercice.
L’essence est la moins chère de tout le continent [$0.4 le litre]. Hautement subventionné, le pétrole est au coeur de l’économie. Et aussi au coeur de la déforestation de l’Amazonie, y compris dans les Parcs nationaux…plus sur le sujet dans le prochain post.

L’après-midi, on poursuivra notre route à Otavalo, un marché typique indigène. Puis celle des lacs, jusqu’au meilleur: un lac dans un ancien cratère volcanique toujours en activité.

22-P1160557Lago San Pablo, a 2660m d'altitude

1052849_10151799881513854_666124472_o
Recherche Schtroumpfette24-P116056125-P1160573
Nouvel appart de Maïté: ca change des constructions Chiliennes

On passera un jour supplémentaire à explorer le centre de Quito, même si le lundi est décidément le jour de fermeture internationale des musées…
Mais c’est aussi le jour de la relève de la garde républicaine, en présence du Vice-Président (voire du Président). Folklore sympathique d’une demi-heure.

Convento San Francisco27-P116059528-P1160606Ils ont l'air formels, mais le bien-portant au deuxième rang a quand même son chewing-gum30-P1160612Basilica del voto nacional,terminée dans la 2è moitié du XXè siècleVue sur la Ciudad ViejaUne Eglise aux vues imprenables, mais aux finitions perfectibles: ici l'horloge, tombée en panne mois d'un an après l'inaugurationBon, on s'est un peu lâchés sur le chocolat, qu'on a mis dans la catégorie "Visite Culturelle"

Et le lendemain, nous passerons une journée atypique “en transit” en direction de l’Amazonie. THE excursion, que nous avions décidément réservé à la dernière, dernière minute.

Romain: “- On va où ?”

Sandra: “- A la terminal de bus [féminin en espagnol]

-AU terminal de bus. Mais pour aller où?

-On prend le premier bus qui part ?”

Je tiens à remercier Catalina pour son accueil et ses conseils, et la ville de Quito pour avoir inclut le Wifi gratuit au terminal…

Rendez-vous au prochain post pour le meilleur de l’Equateur, qu’on attendait avec impatience.

2 Responses

  1. Catalina Aviles says:

    Like like like :) I loved to have you over here and showed you a bit of my beloved city :) hope to see you soon somewhere in the world xoxo

    • Romain says:

      Hola Cathy!espero que has visto el comentario que dice “probablemente la ciudad de estilo colonial la mas linda de todo Suramérica”…van a ver muchas turísticas mas ahora ^^

      Era un placer tenerte como guía!
      Un abrazo

Leave a Reply