Le Sud du Laos (Décembre 2013)

IMG_2943.jpg

View Laos in a larger map

Thakek

Nous commençons la deuxième partie de notre voyage au Laos par Thakek. Il faut plus de 7h30 de trajet en bus pour rejoindre notre prochaine destination. Contrairement aux routes du Nord, celles du Sud secouent et tournent beaucoup moins. En revanche, nous assistons sur la route à un chargement un peu particulier de cinq scooter sur le toit du bus mais aussi un à l’intérieur. Tout à fait normal au Laos, un peu bizarre pour nous surtout quand il faut sortir du bus. C’est sous la pluie (inhabituelle à cette période de l’année en décembre) que nous arrivons à la gare de bus à plusieurs kilomètres de la ville. Il faut toujours prendre et “surtout négocier” un tuk tuk pour arriver à notre destination finale. La négociation est cette fois-ci très musclée, mais ce sera Romain qui aura le dernier mot. Une fois dans le centre-ville de Thakek, on commence la tournée des guest house mais elles ne sont pas nombreuses et pour la plupart assez chères. On en trouve une qui propose des chambres avec lit simple pour seulement 50 000 KIP (5€). Le confort est sommaire mais à ce prix on ne peut pas s’attendre à bien plus.

Chargement du bus au Laos03-IMG_2731 Mais qui est l'intrus?

La région de Thakek est réputée pour ses sites d’escalade et ses nombreuses grottes. Quoi de mieux qu’à vélo pour aller découvrir ces grottes, ça nous fera faire un peu de sport. Mais malheureusement on ne réusssit à trouver qu’un seul vélo en bon état. Avec regret, on loue un scooter semi-automatique chinois. La première grotte est petite mais très belle et en plus on est les seuls. On découvre un très beau coin d’eau, parfait pour réaliser de beaux clichés. On continue la visite par une deuxième grotte, mais celle-ci est payante. Le prix demandé est bien trop élévé (plus cher que le prix de la chambre) donc on poursuit jusqu’à la grotte de l’éléphant. Le temps est gris et froid et l’on se réchauffe à l’entrée de la grotte avec un feu. On fait la connaissance de locaux, essayons de communiquer mais c’est plutôt compliqué. On admire la vue depuis la grotte. Puis le temps se gate et la pluie se met à tomber très fort. On attend qu’elle se calme mais ce n’est pas pour tout de suite donc on finit par partir sous la pluie et c’est trempés que l’on arrive à Thakek. Cela faisait un moment au moins (plusieurs mois) que l’on avait pas été mouillés. On se réchauffe tant bien que mal au restaurant Thaï d’à côté. Etant donné le temps on décide de reprendre la route dès le lendemain pour le Sud, direction Champasak.

Grotte à ThakekGrotte à ThakekVroum vroum Grotte de l'éléphant à ThakekGrotte de l'éléphant à Thakek Grotte de l'éléphant à Thakek Rédaction du blog

 

Champasak – Wat Phou

Escale forçée à Pakse

Après un long trajet en bus, c’est assez tard que nous arrivons dans la ville de Pakse, la plus grande ville du sud du Laos. Nous avons été contraints d’y passer une nuit car les transports locaux pour Champasak ne circulent plus après 16h. On nous propose cependant un van privé mais comme vous vous en doutez c’est dix fois le prix du transport local. Ils baissent pourtant le prix mais on est décidés à prendre le transport local, et si on peut le jour même. On marche plusieurs kilomètres à l’autre bout de la ville. Après quelques minutes de recherche, on comprend qu’on sera contraint de passer la nuit à Pakse. On cherche un logement dans le coin et choisissons une chambre bien pourrie mais pas chère. On dîne ensuite (ce sera notre seul repas de la journée) dans un restaurant où il n’y a que des locaux et dont la spécialité est la fondue laotienne à volonté, autant dire qu’on s’est fait plaisir et ça fait du bien.

IMG_20131217_190924

Levés de bonne heure, on se rend au marché central à la recherche de la camionette pour Champasak notre destination finale. On trouve assez facilement et quelques minutes plus tard on décolle, fiers de faire le trajet avec des locaux et de payer le prix local. Seulement sept kilomètres séparent Champasak de Pakse. On arrive dans un petit village, très tranquille ou l’on vient principalement pour visiter le site khmère Wat Phou. On fait le tour des logements et choisissons une guest house dont la chambre paraît propre, à un prix plus que raisonnable. A peine le temps de poser nos affaires que nous voilà partis en vélo sous un beau soleil, huit kilomètres nous séparent du site et cette fois-ci nous n’avons aucun problème à trouver des vélos en état de marche.

IMG_20131217_075732 IMG_20131218_090843 Balade en vélo à Champasak

Wat Phou

View Way To Wat Phou in a larger map

Un peu d’histoire – Le Wat Phou est un ensemble religieux d’architecture khmère et de religion hindouiste. Il est situé au pied d’une montagne dont le point culminant, le Phou Kao, a été identifié dans l’antiquité à un Linga, symbole phallique de Shiva d’où sa réputation de montagne sacrée. Une source permanente, au pied des falaises, a incité les anciens rois de la région à installer là un sanctuaire shivaïte.

Des inscriptions du Vème siècle et VIème siècle mentionnent un temple dans la montagne, mais celui-ci a disparu, remplacé par l’ensemble religieux que l’on voit maintenant, et qui fût construit dans la première partie du XIème siècle, avec quelques ajouts et reconstructions des XIIème et XIIIème siècle. L’ensembe est orienté selon un axe Est-Ouest, et depuis la plaine, escalade le flanc de la montagne pour aboutir au sanctuaire, situé sur une terrasse au pied de la falaise où coule la source sacrée.

A notre grande surprise il y a très peu de touristes, un plus surtout pour les photos. On commence par la visite du musée afin d’apprendre les origines du site puis nous marchons sous un soleil de plomb jusqu’aux deux palais en ruine (mais restaurés grâce à l’aide de l’Italie), puis les terrasses d’où nous admirons la vue et le sanctuaire. On y reste plus de 2h30 au total, et ressortons contents d’avoir fait le détour par Champasak car ce site en vaut la peine (surtout quand il n’y a pas de touristes). Cela se confirmera par la suite lors de la visite de Angkor Wat au Cambodge.

Visite du site khmer Wat Phu Wat Phu Wat PhuWat PhuWat PhuWat PhuWat Phu Eau fraîche - Wat PhuWat Phu

On passe une soirée calme, et peu avant 21h nous nous dêpechons d’aller manger car après cette heure tout ferme. C’est l’avantage mais aussi l’inconvénient des villages. Dès demain nous reprenons la route pour les 4000 îles, dernière étape de notre voyage au Laos. On doit se dépêcher car nous devons être à Phnom Penh au Cambodge pour Noël.

Si Phan Don – Les 4000 îles

Le trajet

C’est en mini van à 8h que nous partons (il n’y a pas d’autres options) et qui nous dépose cinq minutes plus tard au bord du Mékong d’où il faut prendre une petite barque à moteur pour rejoindre l’autre rive. Ensuite il faut être patient et attendre plus de 45 minutes un mini bus. On fait la connaissance des autres passagers dont deux français, Esther en vacances et Baptiste lui aussi en tour du monde depuis sept mois. On passera les quelques jours suivants en leur compagnie. Après 1h30 en mini bus, nous arrivons à l’embarcadère et reprenons une barque pour rejoindre l’île de Don Khone que nous avons choisie la veille selon les conseils du Lonely Planet et autres forums. Plus que petite que sa voisine Don Khong mais plus grande et plus calme que Don Dhet. C’est un bon compromis. L’île aux nombreux backpackers nous rappelle les Gili, la mer en moins bien sûr.

Don Khone

Comme  à l’accoutumée on se met à la recherche d’un logement. Sur l’île il y a énormément de bungalows tous de qualité et prix différent. On trouve un bungalow en bois très charmant et surtout ultra propre. Certes c’est plus cher que nos derniers logements mais étant toujours dans le budget (10€/nuit) on craque et on a eu raison. Baptiste et Esther, quant à eux, chosissent quelque chose de moins cher mais juste à côté. On se retrouve pour aller déjeuner au bord du Mékong. Les restaurants proposent à peu près la même carte. Malheureusement on choisit celui qui met 1h30 “seulement” pour nous servir un pauvre riz guant et plein de MSG. On fera mieux pour les prochains repas. Heureusement le cadre est très agréable et le ton est donné pour les prochains jours : détente. On ne fait pas grand chose, si ce n’est découvrir l’île à vélo, prendre des apéros en contemplant le coucher du soleil au bord du Mékong et profiter du bungalow et de son balcon. On fait l’impasse sur la balade en bateau à la recherche des dauphins Irrawaddy. Pour la première fois je joue l’apprentie coiffeuse. Le résultat est plus que correct mais je laisse une petite marque “de fabrique ?” dans la nuque. Il a dû aimer puisqu’il veut renouveler l’expérience, mais pas sûr que je le refasse, c’est trop long. On se la coule douce et cela fait du bien de recharger les batteries. On recommande fortement l’escale aux 4000 îles (il n’y a pas 4000 îles d’ailleurs, une centaine tout au plus).

Les 4000 îles - Si Phan DonBienvenue à Don Khone Don KhoneDon Khone 26-IMG_292127-IMG_2926 Coucher de soleil sur le MékongIMG_2943 Notre bungalow de rêveCarnet de voyage 32-IMG_295633-IMG_2970 34-IMG_2974 35-IMG_2977 36-IMG_2978 Coiffeur à domicile 38-IMG_2999 Au revoir Dho Khone - avec nos amis vadrouilleurs Esther et Baptiste

Dans le prochain billet, vous apprendrez tout sur le passage frontière avec le Cambodge, un grand moment!

One Response

Leave a Reply